Témoignage de Loïc

Bonjour, je suis un jeune homme qui s'appelle Loïc et j'ai aujourd'hui 18 ans. Je suis accompagné par Le Refuge à distance. J'habite près de Montpellier depuis toujours et je vais vous raconter mon histoire !

J'ai vécu une enfance heureuse malgré un père absent pour raisons professionnelles jusqu'à l'âge de mes 6 ans. Je le voyais uniquement certains week-ends jusqu'à cette période. Mon enfance s'est très bien passée, puis est arrivé le moment de l'adolescence. Là, je me suis rendu compte que je n'étais pas comme les « autres » garçons : eux sortaient avec des filles, moi non, et je n'étais pas attiré par elles.

Regardant régulièrement un couple homosexuel dans une célèbre série française, j'ai compris, à force, que j'étais homosexuel. Mais je ne pouvais en parler à personne, car chez moi, j'entendais souvent des réflexions désobligeantes sur les personnes homosexuelles. J'ai laissé le temps faire, sans rien dire à personne et je ne m'en préoccupais plus vraiment !

Puis les manifestations contre le Mariage pour tous ont commencé ! Là, ça a été très violent. J'ai senti une montée énorme de l'homophobie à la fois dans ma famille, mais aussi auprès de mes amis. Le 13 janvier 2013, une grande manifestation contre le Mariage pour tous avait lieu. Je me suis vraiment senti mal, au fond du trou. Je me disais qu'étant gay et ayant une famille et des amis homophobes, je ne pourrais pas vivre heureux ! Ce soir-là, j'ai tenté de mettre fin à ma vie. J'ai fini par renoncer au dernier moment. À cette époque, je ne connaissais pas encore le Refuge.

Les quelques mois suivants ont également été difficiles. Est arrivé ensuite le mois de mai 2013. Surfant un soir très tard sur Facebook, je tombe par hasard sur le profil de quelqu'un qui a su me rassurer, me sortir la tête de l'eau et me relever. Cette personne, c'est Damien. Je ne le remercierai jamais assez ! On a beaucoup discuté, il m'a raconté son parcours. Je me suis senti « rassuré », car même si pour moi ça se passait mal, je savais que je pourrais au moins compter sur une personne et que je ne serai plus seul.

En octobre, ça n'allait à nouveau pas très fort. Damien m'a conseillé de contacter le Refuge. Il y avait une délégation à Montpellier. Le soir du jeudi 10 octobre, j'ai pris mon courage à deux mains et je me suis connecté sur le site de l'association. J'étais mort de trouille à l'idée d'envoyer un simple mail, mais je l'ai fait !

Dix minutes plus tard, je recevais déjà une réponse de Nicolas Noguier, le président de l'association. Il m'a tout de suite rassuré, en me disant que lui aussi était là et qu'il ne me laisserait pas tomber ! Je me suis rendu à l'association pour la première fois le samedi 18 octobre, soit une semaine après avoir envoyé le mail ! Nicolas, malgré sa grande timidité, a tout fait pour bien m'accueillir et que je me sente bien : toujours des mots gentils, des petites attentions ! Et Frédéric, toujours en train de faire son rigolo ! Je me suis senti bien. Le soir, quand je suis rentré chez moi, Nicolas m'a demandé de prendre soin de moi.

À cette période-là, j'ai également rencontré un chéri. Mon premier et unique amour pour le moment. Quand cette histoire s'est malheureusement terminée, un mois plus tard, j'étais anéanti, je n'y étais pas du tout préparé. Là aussi, Nicolas, Fred et Damien ont été d'un grand soutien.

À plusieurs reprises, j'ai voulu arrêter mes études. Nicolas m'a convaincu de continuer jusqu'au bout et il a eu raison : j'ai obtenu mon bac avec une mention et aujourd'hui, je débute un BTS.

Cela va bientôt faire 1 an que je suis en contact avec l'association et je peux dire que je me sens « mieux ». Autour de moi, personne n'est encore au courant de mon orientation sexuelle. Je ne suis pas encore prêt pour le moment. Par cette petite lettre, je voudrais vraiment remercier ces trois personnes formidables sans lesquelles je ne serais certainement plus là aujourd'hui. Ces trois personnes font aujourd'hui partie de ma vie. Des papas de cœur et je tiens énormément à eux !

J'espère un jour pouvoir devenir bénévole au Refuge. Même si j'espère comme tout le monde qu'un jour l'homophobie aura disparu et que l'association n'aura donc plus besoin d'exister.

Merci à vous trois du fond du cœur !

Mots-clés: Temoignages

Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l'utilisation de cookies sur notre site.
Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres.